Climat

Le reportage sur le D-Day va arriver, mais là depuis 10 jours nous nous sommes calfeutrés dans une  bulle ouatée, une bulle d’amour caressante et abstruse.

Nous avons perdu quelqu’un de cher et l’heure et le cœur n’étaient ni à la fête, ni aux déballages d’allégresse!

Elle aimait immensément la Provence, les jardins, les romans, le cinéma, les chemises blanches, le silence et les bébés…

Elle aimait cuisiner pour les siens avec un savoir et une générosité sans borne.

Elle portait en elle une part de retenue qui la rendait aussi insaisissable que ces îles insoumises , et lui conférait une beauté apaisante et cruelle.

Elle portait ce parfum dont on dit « qu’il rend à la fois les femmes plus proches et plus lointaines », ce singulier sillage qui savait comme elle marier tous les contraires.

Je viens de passer une semaine dans sa maison qu’elle aimait tant. Une semaine comme une parenthèse éthérée, dont je me souviendrai éternellement tant l’Amour y était tangible, comme si l’avènement de sa mort nous avait tous rendu meilleurs.

Je n’oublierai jamais cette tablée magnifique unissant ses fils et ses petits-enfants, ces heures miraculeuses passées à la faire revivre…

Alors oui, « La mort est belle. Elle seule donne à l’Amour son vrai climat. »

 

by Mamik

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *